De la complexité d’être ensemble ou de se détacher de l’autre, Pauline Lavogez performe, met en image les rapprochements, frottements et mouvements des corps, souvent nus, désirés et désirants de se réinventer. En milieu urbain ou naturel, oscillant entre lenteur et violence, l’artiste capte des souvenirs intimes ainsi que des gestes tels des images mentales qui échappent malgré nous.

« Je me suis vraiment questionnée sur la figure de la muse et de notre corps désirant et désirable et comment une femme est très vite montrée comme désirable et beaucoup moins désirante. J’avais envie de m’emparer de cette question des désirs des femmes, de mes désirs et comment les mettre en image. »